Evoluant au fil du temps, de mes humeurs et de mon travail artistique, ce blog est pour moi, comme la peinture,
un espace de liberté, un autre lieu d'expression et de partage.

mercredi 22 juillet 2009

" Moi, Pierre Rivière,..." - René Allio

Directement inspirée du mémoire de Pierre Rivière et des documents historiques retrouvé et regroupé dans l'ouvrage collectif dirigé par Michel Foucault, "Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère" est le récit d'un jeune paysan normand expliquant les raisons qui l'ont conduit à la réalisation d'un crime qu'il qualifie d'affreux. Considéré par ses proches comme un simple d'esprit, Pierre Rivière surprend par la logique et la clarté de ses propos ajoutant ainsi au mystère de cette affaire judiciaire de 1835.

Ce drame historique montre les limites des rapports de la justice et de la psychiatrie autour de la question de la folie et du traitement de l'auteur d'un crime. Avec cette affaire, émerge l'idée que le fou peut être animé de passion et de raison : ce n'est pas parce que Pierre Rivière a des raisons de tuer qu'il a sa raison. Les symptômes de bizarreries permettant au Docteur Vastel et à d'autres Médecins dont Esquirol de le qualifier d'aliéné.

Le film, joué par des acteurs non professionnels pour la plupart, est d'une vérité, d'une réalité forte ce qui en fait également un témoignage important de ce qu'était la vie des paysans à cette époque. Avec des plans lents, esthétiques mais sans floritures ni concession, le réalisateur René Allio rappelle qu'il est avant tout peintre dans la ligné "des peintres de la réalité populaire, mais chez lesquels il y a une dimension tragique".

Aucun commentaire: